Skip to Content

PORTRAIT DE PARENT

Danica, parent bénévole de Vancouver

Afin de faire découvrir aux lecteurs de Parenthèse comment des parents d’un peu partout dans la province contribuent à leur communauté-école, nous publions des portraits de parents qui s’engagent de diverses façons dans cette communauté.

 

Je m'appelle Danica Denommé. J’ai deux enfants, Soleilla Rose et Declyne Selassie, qui fréquentent l’école Anne-Hébert à Vancouver, et j’ai aussi deux beaux-fils.

Ce que je fais pour ma communauté-école : Je suis la présidente de l’Association de parents de l’école Anne-Hébert depuis septembre 2014. Ma priorité est de continuer à faciliter un environnement où chaque parent et chaque famille se sentent les bienvenus et assez confortables pour participer à la vie de la communauté-école ainsi que pour partager leurs diverses expériences et capacités.

Je travaille avec une forte équipe pour soutenir le personnel de notre école, pour nous assurer que nos enfants ont accès aux activités qui aident leur développement, et pour faciliter le bon fonctionnement de toutes les activités de l’association. Ces activités incluent les événements, les projets spéciaux et la garderie après l’école, le Parasol, une garderie à but non lucratif qui pourvoit un environnement francophone et subventionne plusieurs activités de notre association en même temps.

Comment ai-je commencé : Quand mon premier enfant était en maternelle, j’étais très timide de participer aux activités de l’école. J’avais vécu beaucoup de jugements dans la société, étant une jeune mère, et je n’avais pas confiance que l’école était un endroit où je pouvais offrir mes compétences comme bénévole.

Malgré cela, j’ai commencé tout de suite à aider avec les événements sociaux. Je voulais aider à raffermir le sens de communauté parmi les familles de l’école. Ceci est important surtout parce que la communauté francophone d’Anne-Hébert est composée de familles qui habitent loin l’une de l’autre, dans des villes séparées (Vancouver, Burnaby, et New Westminster).

Enfin, j’occupe ce poste à la présidence parce que c’est une façon pour moi d’aider à continuer le succès des parents précédents et de contribuer à l’éducation de nos enfants.

Ce que j’aime le plus de notre école francophone : J’adore l’esprit de l’école Anne-Hébert! Le bâtiment est petit, mais nous avons de grands cœurs. Les familles viennent de milieux différents, mais nous sommes unies par notre désir de se soutenir l’une l’autre et pour contribuer à l’épanouissement du développement culturel de nos enfants.

Je valorise aussi le fait qu’un grand nombre de nos familles parlent surtout le français, mais sont aussi multilingues, ce qui ajoute une très grande richesse à la culture de l’école.

Finalement, je suis en admiration devant les talents des personnes qui composent notre communauté-école, le personnel de l’école et les parents aussi.

Une réalisation dont je tire beaucoup de fierté : En 2015, j’ai commencé, avec trois autres parents, un comité de parents Premières Nations avec le soutien du « First Nations Schools Association of BC » (Association d’écoles Premières Nations de la C.-B.)  et en juin 2016, nous avons organisé la première soirée culturelle pour les familles autochtones et indigènes, pendant laquelle nous avons partagé un repas et nous avons appris la danse pow-wow du style du nord-ouest.