Skip to Content

ATELIER

Le phénomène de l’insécurité linguistique

Comprendre et gérer l’insécurité linguistique

Qu’est-ce que l’insécurité linguistique? Quelles en sont les causes et les conséquences? Comment la gérer au quotidien?

Ce sont là des questions qui ont été abordées dans le cadre d’un atelier animé par Cécile Sabatier, chercheure à l’Université Simon Fraser, et Ghizlane Laghzaoui, chercheure à l’Université de la Vallée du Fraser.

En plus des parents inscrits à l’atelier, plusieurs membres du Réseau jeunesse ont pris part à la discussion et témoigné de leur vécu en lien avec ce phénomène, qui touche non seulement les jeunes francophones en milieu minoritaire mais aussi leurs parents!

Les participants ont pu s’exprimer sur ce qu’était l’insécurité linguistique et sur comment ils vivaient ce phénomène, qui se traduit par un sentiment d’infériorité ressenti par rapport à la langue – sentiment souvent lié aux concepts de « bon français » et de maîtrise « parfaite » de la langue.

L’atelier a permis à tous de réfléchir aux raisons facteurs pouvant causer l’insécurité linguistique, comme par exemple le degré d’exposition à la langue majoritaire, le lien réel ou perçu entre la langue et la réussite scolaire, les représentations négatives du français chez les jeunes ou encore une forme d’intimidation linguistique.

On y a par ailleurs identifié des conséquences de ce phénomène, qui peuvent inclure l’« auto dépréciation » (quant à notre propre performance linguistique), la dépréciation des usages linguistiques de notre communauté, le silence (lorsqu’un locuteur décide de ne plus utiliser le français pour éviter le sentiment d’insécurité) et parfois même l’assimilation au groupe linguistique majoritaire.

Les animatrices ont en outre abordé les mythes et réalités autour de l’insécurité linguistique ainsi que le rôle de l’école dans le développement d’un rapport positif à la langue et aux langues.

La Fédération des parents francophones remercie madame Sabatier et madame Laghzaoui d’avoir accepté de présenter cet atelier, qui a suscité une réflexion des plus intéressantes.