Skip to Content

PORTRAIT DE PARENT

Trish Kolber, parent bénévole à Vancouver

J’ai  deux enfants  qui vont à l’école secondaire Jules-Verne, Kathryn en 10e année et Jaclyn en 9e année. Je me suis impliquée au sein des associations de parents lorsque mes filles ont commencé à fréquenter la prématernelle Pomme d’Api, et j’ai continué durant leur scolarité au primaire, puis au secondaire.
 
À Pomme d’Api, pendant que je siégeais comme présidente, nous avons vécu une belle croissance et avons pu déménager dans de nouveaux locaux spacieux et bien éclairés, ainsi que faire installer un terrain de jeu grâce aux fonds de BC Gaming. C’est pendant cette période que je me suis rendu compte que la communauté francophone de Vancouver était composée de gens venant de partout sur la planète, avec qui je partageais une ouverture sur le monde et le désir d’offrir des expériences riches à nos enfants.
 
Pendant que mes filles étaient à l’école élémentaire Rose-des-vents, je me suis engagée dans le comité social. En compagnie d’autres parents, j’organisais des activités telles que danses ethniques (africaine et contredanse), sorties au bowling et patinage. Le comité a mis en place un voyage annuel d’une semaine pour les finissants et finissantes de la 6e année au parc Strathcona dans l’île de Vancouver  et nous avons  organisé pendant cinq ans une fin de semaine de camping familial, qui rassemblait chaque septembre une centaine de personnes de notre communauté-école. 
 
En tant que présidente de l’APÉ de Jules-Verne depuis 2013, mon rôle est plutôt administratif et en lien avec la gestion de la croissance des effectifs. Je supervise l’organisation de divers projets visant à améliorer l’expérience éducative de nos enfants. Nous encourageons de nouvelles initiatives, appuyons et aidons à améliorer les initiatives du personnel de l’école, et faisons du lobbying auprès des médias, des organisations communautaires et des instances gouvernementales liées au bon fonctionnement du  CSF.
 
Pourquoi je me suis engagée :  
J’ai commencé parce que je voulais partager mes compétences organisationnelles et rassembleuses pendant que j’étais en congé parental. J’ai continué, car je voyais le réel besoin de continuité dans les associations de parents pour assurer une stabilité et un momentum dans la promotion de l’éducation francophone en milieu minoritaire.

Ce que j’aime le plus de notre école francophone : 
Je suis enchantée par notre communauté-école et par les équipes tant à Rose-des-vents qu’à Jules-Verne. J’adore l’aspect multiculturel de notre francophonie. Je crois que notre contexte offre aux enfants une perspective mondiale pleine d’acceptation des différences.
 
J’adore toutes les occasions qui sont ouvertes à nos jeunes puisque c’est une petite école. C’est possible que les défis autour des années de scolarité de mes filles soient la raison pour laquelle l’entraide, le soutien et le sens d’appartenance y sont si développés. Ou c’était peut-être le bowling! En tout cas, nos familles grandissent et s’amusent ensemble.
 
Un rêve que je caresse pour mes enfants : Je souhaite pour mes filles une vie multilingue, remplie d’opportunités de voyages, d’amitiés et de travail enrichissant à l’échelle mondiale. Peu importe ce qu’elles choisiront comme carrière ou mode de vie, je leur souhaite la capacité de persévérer et de surmonter les obstacles, tout comme elles l’auront fait en étant francophones en milieu minoritaire.
 
Une réalisation dont je tire beaucoup de fierté : Je tire beaucoup de fierté du bilinguisme de mes filles. Le fait qu’elles persévèrent en milieu minoritaire francophone malgré tous les obstacles et tous les choix qui leurs sont offerts, me rend fière d’y avoir investi tant d’efforts.