Skip to Content

PORTRAIT DE PARENT

Karine, nouvelle conseillère - Vallée du Fraser

Afin de faire découvrir aux lecteurs de Parenthèse comment des parents d’un peu partout dans la province contribuent à leur communauté-école, nous publions des portraits de parents qui s’engagent de diverses façons dans cette communauté.

 

Karine LeBlanc Sault, parent bénévole de Coquitlam

Je suis originaire de la belle vallée de Memramcook au Nouveau-Brunswick. Après mon secondaire, j’ai fait mes études à Montréal, où j’ai obtenu un baccalauréat en éducation. J’ai ensuite entrepris une aventure à travers le Canada, pour finalement arriver en Colombie-Britannique en 1994. Devenue enseignante dans une école d’immersion à Coquitlam, je vis avec mon conjoint Eric et mon fils Samuel, qui est en 4e année à l’école des Pionniers-de-Maillardville.

Je me suis engagée au sein de la francophonie dès mon arrivée sur la côte ouest. J’ai notamment cofondé l’Association acadienne de la Colombie-Britannique (1996-2002). Je me suis impliquée dans le milieu de la petite enfance francophone après la naissance de Samuel, grâce au centre Franc Départ situé dans notre école.

Par la suite, j’ai eu l’occasion de profiter de programmes tels que « Y’a personne de parfait! » et d’autres belles initiatives de la Fédération des parents et des autres organismes francophones. Je serai toujours reconnaissante de ces services énormément importants, en tant que membre d’une communauté de langue officielle minoritaire dans notre pays bilingue!

Ce que je fais pour ma communauté :

J’ai été membre du conseil d’administration de la prématernelle Les p’tits lutins, située dans l'école des Pionniers-de-Maillardville. Souvent bénévole lors d’évènements et de collectes de fonds, j’en suis aussi à ma 2e année comme membre du comité de gestion des Scouts francophones de Maillardville. Je suis heureuse d’ajouter maintenant ma voix, mon expérience et ma passion pour la francophonie aux décisions de la Fédération des parents, en tant que nouvelle représentante de la région de la Vallée du Fraser au sein de son conseil d'administration.

Pourquoi ai-je commencé :

Il faut vivre notre langue, s’engager activement dans la communauté et contribuer à la francophonie, afin de ne jamais prendre pour acquis les droits linguistiques qui nous sont accordés au Canada. L’accès à une éducation francophone de qualité est essentiel, et il me tient à cœur de défendre, protéger et soutenir cette réalité!

Ce que j’aime le plus de notre école :

Le rassemblement d’une communauté multiculturelle francophone, qui nous permet de garder notre langue et notre culture vivantes à l’extérieur des murs de l’école, grâce aux amitiés qui sont approfondies en raison de ce choix. On se soutient dans nos victoires et défis quotidiens liés au fait d’essayer de vivre en français dans un milieu minoritaire.

Un rêve que je caresse pour mon enfant :

Qu’il apprécie un jour la valeur de son identité acadienne et franco-canadienne.

Une réalisation dont je tire beaucoup de fierté :

Mon engagement envers la culture acadienne à l’école des Pionniers-de-Maillardville. Chaque année depuis que Samuel est à la maternelle, j’y fais une présentation sur l’Acadie. Mon objectif est de faire découvrir et connaître l’histoire, la culture et la résilience du peuple acadien. Je suis réellement fière que cette activité (y compris le « tintamarre »!) fasse à présent partie de l’année scolaire à notre école, ce qui permet à notre communauté d’en apprendre davantage sur la diversité franco-canadienne.